Je ne pense pas, et ce n’est là que mon avis et mon analyse, contrairement à cet article de l’agence Sputnik, que la guéguerre commerciale U.S.A / Chine soit le moteur central de cette hausse de l’or. Pas principalement en tous cas…
Le moteur, à court terme, est pour l’essentiel, la compréhension et l’assimilation par les marchés, que la politique monétaire ne sera jamais normalisée. L’or a été pendant des dizaines et des dizaines d’années tenu sous contrôle grâce, ou à cause de la peur de la remontée des taux et de la normalisation monétaire.
Ce ne sera pas le cas, le couvercle de la marmite explose donc.
Un autre facteur, mais plus secondaire, est lié aux craintes géopolitiques notamment avec l’Iran et son principal allié la Russie.
Enfin, au bout de la liste, des risques de guerres commerciales, car évidemment cela peut avoir un impact sur les changes et échanges, et donc, sur les valeurs et taux de change des monnaies, mais cette cause est bien loin d’être la principale.
« L’or pourrait devenir le seul gagnant de la guerre commerciale entre les USA et la Chine » 
La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a fait grimper les cours de l’or, et pour la première fois depuis des années, vendredi 21 juin, le métal jaune a coûté plus de 1.400 dollars l’once. Un analyste établi à Pékin a commenté son analyse de la situation pour Sputnik.
Les cours de l’or ne cessent de monter, et son prix augmentera encore à moins qu’un nouvel accord commercial américano-chinois ne soit conclu entre D. Trump et Xi Jinping lors du G20 les 28 et 29 juin, a estimé, dans un entretien accordé à Sputnik, l’analyste de la TV centrale (du parti) de Chine (CCTV) Tom McGregor.
« La guerre commerciale avec les États-Unis pousse la Chine à acheter de l’or en tant que valeur refuge. Un gros appétit d’achat d’or s’est développé en Chine durant un sixième mois d’affilée. Il semble que la Chine réduise son exposition fragilisée aux bons du Trésor américain, en augmentant ses réserves d’or, ce qui laisse à supposer que Pékin est tenté de son or dans une transition loin du dollar. Néanmoins, ce n’est pas le cas», a déclaré
l’interlocuteur de l’agence.
Selon lui, la Banque populaire de Chine (BPC) se prépare tout simplement à une nouvelle grande tempête voir un crack dans l’économie mondiale, cherchant à utiliser l’or comme un mur servant d’abri contre le vent.
« L’or a tendance à monter en flèche lors d’un ralentissement économique mondial, quand des guerres éclatent ou une crise internationale déstabilise l’ordre mondial. […] L’or est un investissement refuge, et la Chine augmente ses réserves d’or de crainte que les relations avec les États-Unis ne se détériorent encore plus », a expliqué l’expert, nous le savions déjà.
La guerre commerciale américano-chinoise se poursuit depuis le mois de mars 2018, lorsque D. Trump a annoncé l’introduction de droits de douane élevés sur l’acier et l’aluminium. Depuis lors, Washington et Pékin ont convenu d’une trêve commerciale que tout le monde savait fragile, qui a été rompue brusquement par les États-Unis le 10 mai, à l’issue des négociations, sans qu’aucun accord ne soit trouvé. Le monde attend maintenant le sommet du G20 à Osaka, en se demandant si les deux plus grandes économies vont se réunir à la table des négociations.

« Entre-temps, l’or pourrait devenir le seul gagnant de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, le prix du métal précieux étant en hausse constante », a constaté l’interlocuteur de l’agence Sputnik.
Et de prévenir que si, en outre, les États-Unis choisissaient de s’engager dans un conflit armé direct avec l’Iran, ils verraient l’or s’élever bien plus haut, au-dessus de 2.000 dollars l’once.
M.McGregor estime (et moi également) toutefois que la flambée des prix du métal précieux sera stoppée voir même inversée « si Trump et Xi Jinping se rencontraient lors du prochain sommet du G20 et avaient des discussions judicieuses et fructueuses ». Pour info : Le 18 juin, (date mémorable) le Financial Times a annoncé que les avoirs du Trésor américain en Chine avaient atteint leur plus bas niveau en deux ans. Les stocks d’obligations et de billets américains à Pékin ont diminué de 7,5 milliards de dollars en avril, ce qui porte le total des stocks chinois du Trésor américain à 1.100 milliards de dollars, en baisse de 90 milliards par rapport à août 2017. Quoi qu’il en soit, la Chine reste le principal détenteur non américain de la dette des États-Unis. Lors de deux entretiens distincts avec Bloomberg et CNBC, l’investisseur milliardaire Paul Tudor Jones a estimé que la Fed devrait réduire ses taux d’intérêt en 2019 en raison de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui entraînerait l’affaiblissement du dollar américain et par rebond le renforcement de l’or. Le 21 juin, le métal précieux a dépassé 1.400 dollars l’once, atteignant son plus haut niveau
depuis septembre 2013 et pourrait continuer à grimper.


Dominique CHERIER
LA FONDERIE NATIONALE DE L OR

Source Agence russe  Sputnik.com ici